• mademoiselle elliott

Le conteur d'odeurs

Updated: Sep 9, 2019

« Je vais vous emmener dans votre imaginaire…

Vous marchez jusque sur une petite place en Grèce, pile de la taille de celle en face de nous, celle du Marché Sainte Catherine dans le Marais, à Paris. Au milieu, un banc. Je vous invite à vous asseoir sur ce banc en bois. Derrière le banc sur lequel vous êtes assises il y a des arbres. Pleins de pins maritimes.

Tout autour de la place, des orangers. Ils ont donnés beaucoup d’oranges. Certaines d’entres elles sont tombées au sol. En vérité le sol est tapissé d’oranges. Personne ne les a cueilli, c’est juste le soleil qui s’est chargé de venir assécher leurs peaux pour donner ces aspects d’écorces. Le décor est à peu près planté…?

A l’opposé de la place, à travers les feuillages des orangers, il y a une église orthodoxe. Les portes de l’église vont s’ouvrir et vous restez assises sur le banc.

Voici les effluves que vous auriez, au moment où les portes de l’église à l’opposé de la place s’ouvrent : Vous percevez des odeurs de pins maritimes, d’écorces d’oranges, et d’encens qui traversent la place et qui viennent chatouiller vos narines. (Mmmh…?) Vous sentez ? »

Retour à la réalité !

Ici, sur la place du Marché Sainte Catherine, nos paupières s’ouvrent. Nous nous réveillons sous le regard malicieux d’Antonio scrutant notre réaction suite au récit que nous venons de vivre.

Un regard à l’extérieur… Oui, nous sommes bien à Paris. Un Paris qui, encore une fois nous transporte loin. Bien au-delà de ses frontières tracées à l’encre sur nos cartes.

C’est avec une sensibilité empreinte de nostalgie qu’il nous fait part de son histoire depuis son enfance au Portugal, aux côtés de sa grand-mère et de son eau de Cologne à la rose jusqu’à aujourd’hui vendue dans sa boutique au nom chargée de sens.

Maria était sa grand mère + Antonio c'est donc lui-même = Marie-Antoinette.

Je suppose que nous n’avons pas besoin de vous faire un topo sur ce personnage historique...?

Les premiers souvenirs d’Antonio se dessinent dans le village de Maria, qui comptait à peine 62 âmes et qui était clôturé par des rosiers. C’est elle qui l’amena à la découverte des senteurs. Des ballades olfactives avec Grand-Mère qui l’inspirent encore aujourd’hui…

Après son installation en France, toujours aux côtés de Maria, Antonio n’a fait que cultiver davantage sa curiosité vis à vis des odeurs. Et de cette soif de savoir s’est constitué un véritable pouvoir de création pour ses histoires olfactives.

Antonio, si on le lui demandait, se définirait comme un chasseur d’odeurs. « Et si les parfums me plaisent » dit-il, « j’en deviens ambassadeur».

Pour nous, c’est un magicien ! Pas comme ceux que l’on trouverait à Poudlard mais presque.

L’autodidacte des contes olfactifs joue des tours à nos sens par amour des histoires, comme peu de professionnels savent le faire.

Il existe d’infinies manières de voyager.

Dans la boutique marie-antoinette, de quelques mètres carrés, Antonio recèle de techniques, d’anecdotes, de connaissances qu’on en oublierait l’espace et le temps.

Et ça Mademoiselle adore ;)

On peut certes reprocher aux Parisiennes d’être trop pressées mais on ne gâchera pas les moments de délicatesse et d’enivrement qu’Antonio nous fait partager… Déposer sur sa peau le parfum est un moment précieux explique-t-il, unique, avant de replonger dans son propre quotidien, pour Mademoiselle, qui est toujours si pressée…

Pour cela, le choix du parfum est décisif et s’entourer de professionnels prodiguant les meilleurs conseils est un must, surtout dans le savoir-être de notre chère culture Française.

Antonio est une précieuse pépite qui par le fruit du hasard arriva sur le chemin de Mademoiselle elliott, et voilà qu’aujourd’hui le voile se lève sur le mystère du captivant personnage et celui de sa boutique marie-antoinette et ce pour le plus grand plaisir de 4 de nos 5 sens : odorat, ouïe, vue et et toucher…

Merci Antonio pour cette balade imaginaire et à bientôt lors d’un détour de Mademoiselle pour un de ses tours insolites.



Écrit par Kenza Penisson



marie-antoinette

5 rue d'Ormesson

75004 Paris

https://www.marieantoinetteparis.fr






- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


The Fragrance story-teller...



"I want you, for a second, to just imagine ...

You are walking to a small square in Greece, the same size as the one in front of us, the Marché Sainte Catherine in the Marais, Paris. In the centre is a bench. I invite you to take a seat on this wooden bench. Behind the bench on which you are sitting there are trees. Lots of maritime pines.

All around the square, orange trees. They have produced a lot of oranges. Some of them have fallen to the ground. In fact, the ground is lined with oranges. Nobody has picked them up, only the sun has touched the skin of oranges to dry the peel. Have I set the scene ...?

At the opposite end of the square, through the foliage of the orange trees, there is an Orthodox church. The doors of the church open but you stay seated on the bench.

Here are the fragrances that you smell at exactly the moment the doors of the church open: You inhale the scents of maritime pines, orange peels, and incense that tickle your nostrils. (Mmmh ...?) Do you smell it? "

Back to reality !

Here, at the Place du Marché Sainte Catherine, our eyes open. We wake up to Antonio's mischievous look scrutinizing our reaction to the story we have just experienced.

A look outside ... Yes, we are definitely back in Paris. A Paris that, once again, transports us far. Far beyond its borders drawn in ink on our maps.

It is with a feeling of nostalgia that he tells us his story from his childhood in Portugal, alongside his grandmother and his rose cologne that is still today sold in his shop with a name full of meaning.

Maria = his grandmother, Antonio = himself, Marie Antoinette? I suppose we do not need to explain it any further ...

Antonio's first memories are in the village of Maria, which counted just 62 souls among its population and was enclosed by rose bushes. It is this village which brought him to the discovery of scents. Olfactory ballads with Grandmother which still inspire him today ...

After his installation in France, always at the side of Maria, Antonio only increased his curiosity regarding odors. And from this thirst for knowledge has been constituted a real power of creation for his olfactory stories.

Antonio, if asked, would define himself as an odor hunter. "And if I like the scent," he says, "I become an ambassador for it."

For us, he's a magician! Not like the ones we would find at Hogwarts, but close.

The self-taught man of olfactory tales plays tricks on our senses through the love of stories like no one else can.

There are infinite ways to travel.

In the Marie-Antoinette boutique, which is only a few square meters, Antonio conceals techniques, anecdotes and knowledge that would make us forget time and space.

And Mademoiselle adores that ;)

We can certainly reproach the Parisians for always being in a hurry, but we shall not spoil the moments of delicacy and intoxication that Antonio shares with us ... He explains that to deposit the perfume on one’s skin is a precious moment, unique, before plunging back into everyday life. A new concept for Mademoiselle, who is always in a hurry ...

For this, the choice of perfume is decisive. Being surrounded by professionals providing the best advice is a must, especially in the know-how of our dear French culture.

Antonio is a precious gem who, by the fruit of chance, arrived on the path of Mademoiselle elliott. Now the veil is rising on the mystery of the captivating character and that of his Marie-Antoinette boutique and for the biggest pleasure of 4 of our 5 senses: smell, hearing, sight and touch ...

Thank you, Antonio, for this imaginary ride and see you soon during one of Mademoiselle’s detours on her quirky tours.



Translated from French by Brittany Farmer

28 views

+33 650 339 193    elodie@mademoiselle-elliott.com   

Facebook.png
Insta.png